Partenaires

Depuis quelques années le terme de « partenaire » s’est imposé dans le vocabulaire du travail social sans que l’on soit toujours bien clair sur ce que chacun entend par là.

Mais nous savons que nous ne pourrions mener notre mission sans les contributions multiples et les collaborations d’institutions, d’associations, d’organisations avec lesquelles nous sommes en contacts réguliers et durables.

En voici quelques unes, les plus significatives au regard de notre activité quotidienne. La classification que nous proposons peut évoluer

LES FINANCEURS

La réforme de l’Etat a entraîné une réorganisation des services selon de nouveaux pôles de compétence. Désormais nous relevons de la DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale. Notre interlocutrice principale est la Déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité.

Le Conseil général de l’Isère, contribue au travers plusieurs prestations au fonctionnement de nos différents services.

Une convention globale offre la souplesse nécessaire pour assurer une formation qui regroupe des acteurs relevant de différents services de l’Etat et du Conseil général ainsi que de la gendarmerie, de la police, et du CHU.

La Caisse d’Allocations Familiales de Grenoble est elle aussi partie prenante.

LES PARTENAIRES ASSOCIATIFS

Eybens Accueil Urgence (EAU) est sans conteste l’association avec laquelle nous entretenons les liens les plus étroits, formalisés dans une convention signée après plusieurs années de coopération. EAU est exclusivement composée de bénévoles. Des actions de  partenariat avec Miléna sont menées depuis 2007: hébergement temporaire pour femmes victimes de violences, participations aux permanences d’accueil, d’écoute et d’information.

Avec le tissu associatif départemental nous construisons également des relations qui prennent des formes multiples en fonction des opportunités: organisations communes de colloques ou de journées d’études, interventions complémentaires auprès des femmes que nous recevons ou hébergeons, organisation conjointe d’ateliers avec les femmes, participation aux manifestations et évènements culturels , notamment pour les journées du 8 mars ou du 25 novembre. Ainsi: Femmes SDFPlanning Familial, Solidarité Femmes, Le Rialto, Issue de Secours, etc…

Certaines associations ne sont pas forcément spécifiquement dédiées aux violences conjugales mais croisent nos préoccupations où s’inscrivent dans le champ plus large de l’accès aux droits, ainsi le Centre d’Information sur le Droit des Femmes et des Familles (CIDFF de l’Isère).

Les collaborations avec la Banque Alimentaire nous rappellent quotidiennement les situations critiques de survie élémentaire auxquelles sont confrontées certaines des femmes que nous recevons.

Une mention particulière à l’association Passible dont la vocation est complémentaire de la nôtre, engagée dans la prise en charge des conjoints violents, initiative encore trop rare dans notre pays.

Enfin, bien qu’ils puissent relever de statuts qui ne sont pas toujours de statut associatif, nous sommes en relation étroite avec plusieurs centres de planification.

LES COLLECTIFS

Le nombre important d’associations a conduit assez naturellement au regroupement des professionnels et des administrateurs en différents «collectifs» soucieux de leur cohérence et de leur mise en synergie, d’économies d’échelle en ces temps de rareté. Ce qui favorise l’analyse conjointe de leurs pratiques et éventuellement l’interpellation des pouvoirs publics.

On peut notamment citer, le Collectif FNARS et le collectif «Un toit pour Tous» avec lesquels nous partageons les préoccupation de l’hébergement et du logement. Notons dans ce champ le Collectif des administrateurs qui permet aux élus associatifs de mieux assumer les responsabilités parfois lourdes auxquelles ils sont confrontés. Manière aussi de dire que le bénévolat, malgré tout ce qu’il apporte à ceux qui s’engagent, n’est pas toujours une sinécure.

Dans un autre registre, le Réseau  mariages forcés regroupe une dizaine d’associations. A celles déjà citées plus haut s’y joignent d’autres associations comme Althéa ou l’Amicale du Nid, l’AIV ainsi que le CCAS de Grenoble.

L’HEBERGEMENT

Notre mission d’hébergement d’accompagnement dans le logement et de réinsertion sociale dans la diversité des formules nécessaires est possible grâce à ACTIS et au FJT de la Mure, ainsi qu’aux relais que nous assurons par exemple avec le Centre d’Accueil Intercommunal (CAI), dont les nouveaux locaux viennent d’être récemment inaugurés, tout autant que les CHRS ou des bailleurs sociaux.

LES ORGANISMES DE FORMATION

A côté de son travail de formation auprès des professionnels (policiers, gendarmes, soignants…), Milena accueille des étudiants en formation à l’Institut de Formation des Travailleurs Sociaux d’Echirolles (IFTS) ou à l’IUT carrières sociales de Grenoble pour les différents stages inclus dans leur formation. Milena intervient également dans le cursus de formation proprement dit en sensibilisant les étudiants à la problématique des violences conjugales.

LES LIEUX RESSOURCES

Nous sommes attentifs à bénéficier de la veille et des ressources que produisent deux structures. Elles nous permettent d‘être en phase avec la recherche et les initiatives inscrites dans le champ des violences sexuelles pour le CRIAVS et celui de l’égalité entre les femmes et les hommes pour ce qui concerne la Maison de l’Egalité Hommes Femmes basée à Echirolles mais intervenant dans le périmètre de La Métro.

Enfin, peut-être faudrait-il lui faire une place à part, la Librairie La Dérive est pour nous un interlocuteur de valeur. Elle enrichit nos colloques par ses propositions de lectures, et répond depuis plusieurs années à nos demandes aussi bien pour ce qui relève de littérature générale que d’ouvrages très spécialisés.