Liens externes

[AU NIVEAU INTERNATIONAL]

Devant le constat de la persistance des inégalités de genre l’Assemblée Générale des Nations Unies a créé en juillet 2010 ONU Femmes, l’entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

Deux sites relevant de ONU Femmes sont particulièrement importants pour Milena:

Dites NON – Tous UNiS pour mettre fin à la violence contre les femmes
L’initiative Dites NON d’ONU Femmes est une plateforme mondiale de mobilisation et d’action, qui engage les participants de tous horizons à prévenir et à lutter contre la violence à l’égard des femmes et des filles. Elle contribue aux objectifs de la campagne du Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon, Tous UNiS pour mettre fin à la violence contre les femmes

Centre virtuel de connaissances pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles
Ce centre en ligne intégré encourage et appuie la programmation fondée sur la connaissance des faits en vue de concevoir, de mettre en œuvre, de suivre et d’évaluer de manière plus efficace et efficiente les initiatives visant à prévenir et à répondre à la violence contre les femmes et les filles. Le site Internet propose des outils de pointe et des données factuelles sur ce qui fonctionne, s’appuyant sur des recommandations d’experts, des évaluations politiques et programmatiques, et l’expérience des praticiens à travers le monde.

[AU NIVEAU EUROPEEN]

Il est fondamental de rappeler que l’égalité hommes/femmes est au cœur du projet européen.

Le Conseil de l’Europe

, dont le siège est à Strasbourg (France), regroupe aujourd’hui, avec ses 47 pays membres, la quasi-totalité du continent européen. Créé le 5 mai 1949 par 10 Etats fondateurs, le Conseil de l’Europe a pour objectif de favoriser en Europe un espace démocratique et juridique commun, organisé autour de la Convention européenne des droits de l’homme et d’autres textes de référence sur la protection de l’individu. Il s’est tout particulièrement engagé ces dernières années sur la lutte contre les violences faites aux femmes.

Le 7 avril 2011, le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe a adopté une nouvelle convention phare sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique. Cette convention est le premier instrument juridiquement contraignant au monde créant un cadre juridique complet pour prévenir la violence, protéger les victimes et mettre fin à l’impunité des auteurs de violences. Elle définit et érige en infractions pénales différentes formes de violence contre les femmes (dont le mariage forcé, les mutilations génitales féminines, le harcèlement, les violences physiques et psychologiques et les violences sexuelles). Elle prévoit également la création d’un groupe international d’experts indépendants visant à assurer sa mise en œuvre effective au plan national. Cette convention a été ouverte à la signature à Istanbul le 11 mai 2011 et signée par 13 pays.

L’Union européenne

Il n’est pas facile de choisir parmi tous les sites de l’Union européenne, retenons celui-ci pour l’instant en sachant que, vu l’importance de la problématique de l’égalité entre les femmes et les hommes, les portes d’entrée sont multiples. Au risque de se perdre dans le labyrinthe, à partir des mots-clefs que l’on choisira on finira probablement par s’y retrouver.

Le Lobby européen des femmes (en abrégé LEF) est la plus grande organisation d’associations de femmes dans l’Union européenne (UE). Le Secrétariat du LEF est basé à Bruxelles, mais le LEF compte des organisations membres dans 25 États membres de l’UE. Le Lobby européen des femmes vise à promouvoir les droits des femmes et l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’Union européenne. Le LEF travaille dans différents domaines, tels que la situation économique et sociale des femmes, les femmes dans la prise de décision, la violence envers les femmes, la diversité des femmes, etc. Le LEF travaille principalement avec les institutions de l’Union européenne : le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil des ministres de l’Union. Il dispose d’un centre ressources et d’un observatoire des violences faites aux femmes.

[AU NIVEAU NATIONAL]

Longtemps méconnues, les violences faites aux femmes, sont désormais au cœur de l’action de l’Etat. Face à ce phénomène, un dispositif complet existe, piloté par le Ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale. Un site dédié à cette thématique a notamment été ouvert. Se voulant pragmatique, il a permis d’aboutir à un recul significatif des violences.

A noter que l’organisation actuelle du gouvernement, et bien évidemment la transversalité de la question des violences, renvoit également à la compétence du Ministère du travail, de l’emploi et de la santé.

Le Centre National d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CNIDFF) est la tête du réseau qui regroupe la centaine de centres départementaux qui offrent leurs services  aux femmes sur l’ensemble du territoire. Interlocuteur des pouvoirs publics il est fortement engagé sur la question de la lutte contre les violences. L’état lui reconnaît la pleine légitimité pour intervenir dans ce champ et permettre aux centres d’agir vigoureusement. Il soutient, et valorise leurs initiatives locales dans ce domaine afin de rendre l’accès aux droits effectif. Le site permet de comprendre en quoi son action s’inscrit sans ambiguïté dans une perspective féministe. De la violence on ne saurait s’accommoder.

[AU NIVEAU REGIONAL]

L’Union Régionale des Centres d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles de Rhône-Alpes (UR – CIDFF) regroupe, anime et coordonne les huit centres départementaux. Il est possible d’accéder aux sites de chacun de ces huit centres, de joindre le centre national et de suivre, bien entendu, l’activité régionale.

Basé à Grenoble, le CRIAVS Rhône-Alpes rayonne sur toute la Région. Par le biais de son réseau national soutenu par le Ministère de la Santé il assure une fonction indispensable de ressources, dans toute la richesse de ce terme auprès de professionnels, de la santé, de la justice, du social. Nous vous recommandons sa lettre d’information.

[AU NIVEAU DEPARTEMENTAL]

Les services de l’état

Le Ministère des droits des femmes

La Direction Départementale de la Cohésion Sociale

Les missions de la DDCS

Organigramme de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale

Les services du Conseil général

Le Conseil général lutte contre les discriminations et les violences sexistes, soutient les associations qui agissent contre les violences conjugales et veille à prendre en compte la dimension du genre dans l’exercice de ses compétences et l’élaboration de ses politiques publiques.

[AU NIVEAU LOCAL]

Si le planning familial est largement connu, son site l’est peut-être moins. En le visitant on s’engage pourtant dans une belle navigation.

Initiative locale née il y a quelques années dans le cadre du programme Urban, la Maison de l’égalité Femmes-Hommes implantée à Echirolles a prioritairement vocation à être au service du territoire de Grenoble-Alpes métropole. Mais l’information que l’on y trouve, notamment au travers de sa lettre permet de «faire réseau» entre des initiatives qui vont bien au-delà.